Le crédit bail auto

Le crédit-bail est une solution financière qui, si elle représente un coût certain, offre aussi ses avantages.

Voici tout ce que vous devez connaître pour effectuer les bons choix dans ce domaine.

Rate this post
Pas de commentaire

Crédit-bail et LOA

Il est tout d’abord nécessaire de bien faire la nuance entre le crédit-bail, le leasing et la Location avec Option d’Achat ou LOA qui, le plus souvent, sont utilisés à tort pour parler de la même chose, alors qu’ils sont différents.

  • Le crédit-bail s’adresse aux entreprises et donc, plus particulièrement aux véhicules justement appelés “d’entreprise” ou aux utilitaires.
  • La LOA, s’adresse aux particuliers et, parfois, aux entreprises et peut correspondre à tout type de véhicule, utilitaires ou véhicules particuliers. Il est aussi question, parfois, de location avec promesse de vente (LPV) ou de leasing.

En fait, le crédit-bail est un principe de financement offert par un organisme bancaire ou de crédit.

Il se réalise en échange d’un loyer mensuel et rend donc locataire et non propriétaire du véhicule.

Le fonctionnement du crédit-bail

C’est justement parce que le fonctionnement du crédit-bail et de la LOA sont très similaires que les deux termes sont souvent confondus.

La location se réalise sur une durée définie au préalable, le plus souvent comprise entre 24 et 72 mois.

Cette durée est déterminée en fonction de la mensualité et, donc, des revenus financiers de la personne ou de l’entreprise.

Elle est aussi fonction de la valeur initiale du véhicule.

Ce loyer implique donc de faire un bon usage du véhicule, mais aussi de le maintenir en bon état de marche puisque vous n’en êtes pas propriétaire mais seulement locataire.

C’est donc un contrat à 3 intervenants qui comprennent le crédit-preneur ou locataire, le crédit-bailleur ou organisme de financement et le fournisseur du véhicule.

En regard de ce contrat, il vous sera remis un échéancier qui présente le capital dû, les intérêts encore en cours et le loyer (avec la part de capital et d’intérêts).

Les autres prestations

Que ce soit un crédit-bail ou, encore plus, dans le cadre d’une LOA, il n’est pas rare qu’un certain nombre de prestations complémentaires entrent dans le calcul du loyer.

  • Entretien du véhicule
    La totalité ou plusieurs des prestations suivantes peuvent être incluses : l’entretien du véhicule, le remplacement des pneus, l’assistance remorquage, le remplacement du véhicule en cas d’immobilisation, les réparations.
  • L’assurance
    Sont alors pris en compte le décès, mais aussi l’incapacité temporaire ou l’invalidité permanente.
  • Pertes financières
    En cas de vol du véhicule ou d’une destruction complète, la différence entre les remboursements restant dus et la valeur estimée lors de l’expertise est prise en charge, au-delà de l’assurance Dommages.

Fin de contrat et principe de résiliation

LOA ou crédit-bail, une date de fin de contrat est prévue, en fonction de la durée choisie.

A l’issue de ce contrat, plusieurs possibilités sont alors offertes :

  • prolonger la location : un nouveau contrat avec un nouveau tarif de location est alors proposé, généralement à un taux inférieur. Toutefois, ce cas n’est pas le plus fréquent ;
  • rendre le véhicule : il est alors rendu au concessionnaire qui l’expertise et vérifie qu’il a été entretenu et conservé en bon état ;
  • conserver le véhicule : la valeur de rachat est proposée dès le début du contrat, et il faut estimer, alors, l’intérêt qui existe, que ce soit pour l’acheter et continuer à rouler avec, ou le revendre, compte tenu de sa valeur argus et de son kilométrage. Vous devenez alors propriétaire du véhicule.

Il est également possible de ne pas attendre la fin du crédit-bail et de le résilier à la condition que le contrat le prévoit et que, en cas de période minimale fixée, celle-ci soit atteinte ou dépassée. Il existe ainsi 4 solutions, à ce moment donné :

  • acheter le véhicule en s’acquittant de la valeur de rachat intermédiaire indiquée dans le tableau fourni lors de la signature du contrat ;
  • vendre le véhicule pour que le crédit restant soit soldé ;
  • rembourser le crédit par anticipation ;
  • transférer son contrat à un tiers (entreprise ou particulier).

L’intérêt de tels financements

La question qui se pose le plus souvent est de savoir pourquoi opter pour un tel financement alors que, le plus souvent, il est moins intéressant financièrement ?

  • La première cause est simple, vous connaissez à l’avance à quel prix vous revient exactement votre véhicule, surtout si l’entretien est compris dedans.
  • La seconde raison est que vous conservez certaines options, comme le fait de pouvoir ou non racheter le véhicule à la fin, ce qui vous permet de privilégier l’aspect financier ou la tranquillité.
  • La garantie de disposer d’un matériel en bon état est aussi une autre cause et, en même temps, de toujours avoir une solution puisqu’un véhicule de remplacement est le plus souvent fourni en cas d’immobilisation.
  • Vous n’avez pas à rendre de l’argent disponible pour acheter votre véhicule et donc pas à libérer de la trésorerie.
  • Pour les entreprises, le loyer intervient en tant que charges financières et non pas en tant que dette d’entreprise.
  • La gestion est également plus simple pour les entreprises puisque vous n’aurez pas à en calculer les amortissements.
  • La TVA, lorsqu’elle est récupérable pour une entreprise, n’est plus à avancer sur une somme assez conséquente.

Les inconvénients de ces financements

Bien sûr, quelques inconvénients font aussi partie intégrante d’un crédit-bail. On peut alors relever que :

  • vous n’êtes pas propriétaire de votre véhicule ;
  • vous vous engagez sur une durée plus ou moins longue ;
  • le coût est, évidemment, plus élevé qu’un crédit auto ;
  • vous ne connaissez pas le coût exact de cette solution, à moins d’en faire vous-même le calcul et la comparaison entre plusieurs propositions sera plus complexe ;
  • il est parfois plus compliqué d’avoir accès à certains véhicules dans la mesure où vous n’avez aucune obligation de le racheter à la fin ;
  • en cas de dégradation du véhicule et de non-rachat, une remise en état vous sera imposée.

Le coût d’un crédit-bail

Comme précisé précédemment, les organismes n’ont aucune obligation à présenter le coût réel de ce type de crédit.

Il est donc difficile de le connaître d’autant qu’il dépend de nombreuses variables que sont la possibilité ou non de racheter le véhicule à l’issue du contrat, du kilométrage et de son état général à la fin, de son prix argus et de son prix de revente, de la durée du contrat, etc.

Le crédit-bail se décomposera cependant ainsi :

  • un premier loyer de 0 à 35 % maximum pour un particulier et de 0 à 25 % pour un professionnel ;
  • un éventuel dépôt de garantie qui peut aller de 0 à 15 % mais qu’il faut éviter d’accepter car, dans un cadre professionnel, il ne pourra pas venir en déduction des impôts ;
  • un loyer mensuel qui dépendra de la durée du contrat, du kilométrage prévu et des services proposés et selon qu’il sera linéaire, progressif ou dégressif Il sera de terme à échoir, c’est-à-dire à payer en début de mois, soit par avance de l’utilisation ;
  • une valeur optionnelle de rachat final.

Des frais de dossier peuvent venir aussi en supplément, mais peuvent aussi se négocier, surtout si vous êtes un client régulier.

La TVA n’est récupérable, pour les entreprises, que lorsqu’il ne s’agit pas de véhicules de tourisme.

Finalement, comme il n’est pas possible de comparer des taux, vous ne pourrez que comparer des coûts totaux de crédit-bail, en faisant bien attention de comparer des services comparables aussi.

Laisser un commentaire