Meilleur taux pour un crédit conso

Quel est le meilleur taux de crédit conso auquel vous puissiez souscrire ?

Quels sont les remboursements qui en découleront selon votre emprunt ?

Ce sont certainement des questions que vous pouvez vous poser. En voici les réponses !

Les propositions les plus alléchantes

Les meilleurs taux proposés pour un crédit conso tournent autour des ~1%.

Exemples de taux:

Taux Organisme Conditions spécifiées
2,90% Cofidis Emprunt de 25 000 euros sur 48 mois
1% Cofidis Emprunt sur 12 mois
1% Confinoga
2,2% Casino Emprunt de 10.000 € sur 12 mois

Taux communiqués en octobre 2019

En réalité, ces taux sont évolutifs. Et il existe des critères qui portent le taux à la hausse ou à la baisse.

Simuler un emprunt:

an(s)
%
%

Le montant des mensualités est de
Sur les €, votre crédit coûtera € dont € d'assurance
Déposez votre demande de prêt

Les critères influençant le taux

Parmi ces propositions, il vous faudra donc définir un certain nombre de critères qui pourront impacter assez fortement le taux qui vous sera proposé.

a-Le montant emprunté

Le montant emprunté est, bien sûr, un élément fort puisque vous trouverez facilement un taux très faible pour un emprunt de 200 €.

Alors que, pour le montant maximal de 75.000 € dans le cadre d’un crédit conso, l’organisme sera moins enclin à proposer le même taux et même à négocier.

b-L’utilisation des fonds

Pour un crédit affecté (ex: lié à l’achat d’un véhicule, ou à un devis de travaux), de bénéficier d’un prêt plus favorable qu’à l’habitude.

Des opérations spéciales de votre banque ou, parfois même, d’une marque automobile dans le cadre d’un partenariat avec un organisme financier, et notamment pour relancer des ventes, peuvent permettre de bénéficier de taux plus faibles.

c- La durée de l’emprunt

La durée de l’emprunt est aussi un critère qui peut jouer sur le taux.

Non seulement emprunter une faible somme peut permettre à une banque de vous proposer un taux bas mais, si en plus vous remboursez en quelques mois, cette banque ou cet organisme saura que son risque encouru est beaucoup plus faible, et plus précisément sur la remontée des cours.

A noter que la législation prévoit un délai d’au moins 3 mois et que les banques définissent certaines durées maxi, souvent en fonction du montant emprunté.

d- Les autres critères

On pourrait encore citer la fidélité à votre banque, notamment, qui peut vous valoir une proposition plus intéressante de sa part que ce qui est habituellement prévu.

Ou encore votre capacité de négocier qui vous permettra de faire quelque peu baisser un TAEG plus haut que la concurrence chez un organisme que vous aimeriez privilégier

La notion de taux!

Bien sûr, lorsqu’il est question de taux de crédit, il faut toujours se méfier de la façon dont sont présentées les choses.

Chaque organisme, afin de tirer un peu plus la couverture vers lui a tendance à essayer de détourner les choses.

C’est pourquoi le législateur impose de présenter un TAEG ou Taux Annuel Effectif Global. Il représente le taux d’intérêt auquel viennent s’ajouter les éventuels frais de dossier, ceux de garantie, les frais d’ouverture de compte, l’assurance, etc.

Il est établi par opposition au taux d’intérêt qui cachait trop souvent un certain nombre de frais annexes et faussait l’analyse que pouvait en faire le consommateur.

Parfois, pour vous présenter un taux plus intéressant, l’organisme peut vous proposer, plutôt qu’un taux fixe, un taux variable qui évoluera en fonction des éventuels mouvements des taux d’intérêt, en général. En période de taux bas, il est moins probable que cette offre puisse être intéressante, mais plutôt risquée.

Le prêt à taux variable est plutôt proposé dans le cadre de prêts immobiliers.

A noter que, pour vous protéger, un taux d’usure est imposé par la Banque de France et représente le taux maxi qui peut vous être proposé. Il est, en octobre 2019, par exemple, de :

  • 21,04 % pour un prêt de moins de 3.000 € ;
  • 12,12 % pour un prêt entre 3.000 et 6.000 € ;
  • 5,75 % pour un prêt de plus de 6.000 €.

Quel crédit consommation choisir ?

Définir le crédit consommation revient, tout d’abord, à définir ce que vous souhaitez acheter ou financer.

En effet, le crédit consommation peut recouvrir un certain nombre de possibilités qui pourront, dès lors, vous offrir des taux quelque peu différents.

C’est ainsi qu’il pourra vous être adressé personnellement pour un montant donné, ou sera souscrit pour l’achat d’un bien particulier et pourra être réglé directement au vendeur. Il est alors question de crédit affecté et de crédit non affecté.

Par contre, en sont exclus les prêts immobiliers ou les prêts professionnels.

Crédit affecté ou crédit non affecté ?

La première différenciation de ce crédit sera donc entre le crédit non affecté et le crédit affecté.

Crédit affecté

Il est alors lié à l’achat d’un bien, ou d’un bien et service, afin faire face à une dépense précise, donc.

L’avantage d’un tel crédit est que, quel que soit le type d’achat auquel il est lié, en cas d’annulation de la commande, le prêt est automatiquement annulé et vous n’aurez pas à le rembourser, capital + intérêts.

Il existe alors un certain nombre de crédits affectés spécifiques selon ce que vous souhaitez faire. On peut citer, par exemple :

 Ces crédits personnalisés vous font profiter, en général, de taux spécifiques plus intéressants dans le cadre qui les concerne, que ce soit en termes de taux ou de remboursement.

Ils peuvent aussi faire l’occasion d’opérations spéciales à certains moments de l’année.

Il vous faudra, par contre, non seulement justifier votre identité, votre lieu de résidence et vos revenus, mais aussi votre achat, a priori par un devis, a posteriori par une facture.

Crédit non affecté

Le crédit non affecté vous rend plus libre de vos mouvements puisque c’est vous et vous seul qui déterminez votre besoin, sans aucune justification de votre achat.

Vous pouvez donc vous faire plaisir sans avoir à avouer votre passion, par exemple.

Il s’agit donc d’un prêt personnel que vous pourrez acheter, effectivement, pour consommer, mais aussi pour votre propre trésorerie ou même pour financer des études d’un enfant, par exemple.

Votre seule contrainte sera d’entrer dans le cadre des possibilités de remboursement, c’est-à-dire en deçà du seuil d’endettement fixé par le législateur, soit 33 %, compris toutes vos dépenses, autres crédits, loyer, frais de scolarité, pension alimentaire, etc.

En outre, si vous décidiez de ne pas utiliser cette somme, elle resterait quand même redevable, sauf cas possible de remboursement de crédit.

Laisser un commentaire